Dans ma série de portraits, aujourd’hui, je vous présente Bérengère Plantecoste.

Une femme que j’ai rencontré via le réseau associatif Action’Elles, lors d’un petit déj entre membres organisé au 8 Petion, le lieu qu’elle a créé rue Petion, à Paris, dans le 11ème arrondissement.

Nous avons rapidement “matché” lors de cette première rencontre. J’étais curieuse de savoir quel était le business model d’un “lieu à gérer”, et en plus nous avions le point commun d’avoir démarré à peu près au même moment.

Lorsque j’ai créé le réseau Les Etincellesun réseau intimiste et créateur de vrais rencontres entre entrepreneures – c’est tout naturellement que je l’ai invitée à devenir une des membres. Et lors de ma recherche de salle en octobre dernier, Bérengère m’a proposé de faire mon lancement au 8 Petion.

Et depuis, nous construisons notre partenariat au fur et à mesure des évènements.

La 6ème édition des Etincelles aura également lieu au 8 !

En attendant, j’ai voulu mettre en lumière la propriétaire du lieu : Bérengère.

 

1 – Pour démarrer, peux-tu nous retracer ton parcours professionnel, jusqu’à ce jour ?

J’ai fait des études de droit  et j’ai également un master 2 à Dauphine. J’ai également deux diplômes en criminologie mais je me suis sentie trop sensible pour continuer dans cette voie.

C’est par hasard que je suis tombée dans le monde de l’immobilier. Comme toujours, la bonne personne, au bon moment, au bon endroit !

L’essentiel de mon parcours professionnel, 20 ans, s’est donc fait dans des foncières, c’est-à-dire des sociétés qui ont un patrimoine immobilier, le gère et l’exploite.

J’ai eu 3 métiers vraiment différents : juriste, responsable administration des ventes d’un service de ventes par lots, puis responsable de résidences étudiantes, visant à développer et gérer un portefeuille de plusieurs résidences étudiantes.

 

2 – Comment en es-tu venue à créer le 8 Petion ? Avais-tu d’autres idées avant de créer le 8 ?

Il y a une quinzaine d’années, j’ai failli ouvrir un magasin avec des ateliers pour enfants. Quand mes filles étaient petites. A place, j’ai changé de boite et de job et c’est un excellent souvenir.

J’ai quitté ma boîte fin 2016, avec l’envie d’être plus indépendante, autonome dans mes choix et mes décisions, d’avoir quelque chose à moi qui me ressemble.

L’idée du 8 Petion m’est venue parce qu’il me semble que nous avons tous besoin de plus d’espace à Paris, c’est la pièce qui manque, aussi bien au bureau qu’à la maison. Je voulais un lieu cosy, limite intime où chaque personne est considérée.

J’ai mis plus de 6 mois pour trouver la salle. Il est facile de trouver de grands espaces, beaucoup moins de petits. En fait, les commerçants les gardent pour leur retraite. Et c’est par hasard aussi que je l’ai trouvé, en ouvrant le Bon Coin un matin.

 

Vue de la façade du 8 Petion – Crédit Photo : www.bullesdejoie.net

 

3 – En quoi ton parcours professionnel contribue à ton aventure aujourd’hui ?

Il m’a permis de me rendre compte que les besoins ont évolué et que l’on n’a pas forcément besoin d’un espace pour de longues durées.

Je suis habituée à l’immobilier, les acquisitions, les ventes, la gestion et j’aime les immeubles, l’architecture. Mes études et mon expérience professionnelle m’ont facilitée les démarches juridiques et comptables et m’ont donné l’expérience, l’aisance et la confiance nécessaire pour prendre la décision réfléchie de quitter un poste salarié et un certain niveau de vie.

 

4 – Quels sont les défis qui se sont présentés à toi depuis que tu as démarré la création de ton entreprise ?

En travaillant dans une grande structure, j’étais experte dans mon domaine mais complètement ignare dans d’autres comme la communication ou le marketing. Comme j’adore apprendre et découvrir je m’y suis mise : Facebook, Instagram, un site internet. Avec le soutien de quelques personnes, également entrepreneures. Cela reste encore un peu artisanal mais comme mon projet évolue avec les besoins réels je teste encore.

 

En pleine préparation de la salle – Crédit photo : www.bullesdejoie.net

 

5 – Qu’est-ce qui te plaît le plus dans la vie professionnelle que tu mènes aujourd’hui ?

Tout ce que je fais a du sens, je fais des choses très diversifiées et utiles.

Je passe beaucoup de temps à apprendre et grâce au 8 Petion, et je fais de belles rencontres.

 

6 – Quels sont les challenges que ton entreprise doit relever cette année, pour se développer ?

Doubler le CA 😉

Aujourd’hui, Le 8 Petion est régulièrement réservée les soirs pour des cours et les WE pour des ventes éphémères ou des ateliers.

J’ai plus de vacances en journée en semaine. Je dois donc cibler les personnes susceptibles de rechercher ces créneaux : les entreprises, les formateurs, les coachs, …

 

7 – As-tu intégré un réseau d’entrepreneurs ? Si oui, qu’est-ce que ça t’apporte ?

Action’Elles et Les Etincelles.

Je découvre des personnes que je n’aurais jamais rencontrées autrement, avec qui échanger est très constructif, tant professionnellement qu’humainement. Comme toi ! C’est une chance, un vrai luxe ! Pouvoir échanger, discuter sereinement.

 

En pleine session des Etincelles – Crédit photo www.bullesdejoie.net

 

9 – Aurais-tu un conseil à partager aux porteurs de projet, qui ont envie de mener un projet comme le tien ?

Avoir un brin d’inconscience, de la ténacité et de la patience.

 

Pour retrouver Bérengère, c’est par ici :

Site : https://le8petion.com
Page Facebook : https://www.facebook.com/le8petion/
Instagram : https://www.instagram.com/le8petion/
Linkedin : https://www.linkedin.com/company/le-8-petion/

 


 

Pour lire le dernier portrait : Quand l’entrepreneure croise l’artiste, ma rencontre avec Juliette Marne